CinéMutins

Se connecter / s'inscrire

Raoul Sangla, poète à la caméra

En hommage à Raoul Sangla, des films, des plans séquentiels au fil des jours, et quelques dernières "sanglades" pour la route... (Tout en accès libre)

En savoir plus

Photo ©Laszlo Ruszka/Ina

Raoul sangla (1930-2021)

Notre camarade Raoul Sangla s’est éteint à 90 ans. Il fut un inventeur de la télévision française du temps où tout était encore à inventer et où il était encore possible de le faire, bien qu’il fut « remercié » une bonne dizaine de fois pour ses facéties et son goût de la liberté.

Raoul a continué longtemps à œuvrer avec les télé libres, avec nous, il fut un compagnon de route de Zalea Tv jusqu’aux Mutins de Pangée, nous invitant sans relâche à penser ce qu’on filme, à filmer comme on respire et à sourire toujours de la vie, le poète des ondes nous honorant du titre de "chevaliers des ondes" (de la race des Don Quichotte plutôt que de la Légion d’honneur), pendant longtemps nous appelant "les vrais jeunes", puis peu à peu "les anciens jeunes" quand il se présentait lui-même comme "vieillard débutant" puis "vieillard confirmé" car le temps passait comme dans un grand "plan séquentiel"...

Il aimait nous rappeler que "les professionnels ne sont jamais que des amateurs qui ne font que ça". Il y a quelques années encore, il continuait à venir nous montrer ses "sanglades" en bicyclette, car il continuait à filmer "d’un seul tenant" sans faiblir (tourner en "plan séquentiel" est très physique !), abordant toujours ses rencontres avec respect et avec l’élégance qui le caractérisait, sans jamais cesser d’alimenter ses réflexions filmiques, son goût pour le mouvement de caméra et le sens qu’il lui donnait (voir les "sanglades"), le cadre respectant toujours le triangle entre le visage et les mains qu’il aimait voir parler, une esthétique du filmage au service de sa poésie d’images et de mots.

Ce fils de plâtrier, communiste tendance libre penseur, poète des ondes, avait fait danser la caméra devant les danseuses, dansé avec les chorégraphes, dit les mots avec les poètes, papoté à tous les coins de rues, filmé les artistes de variétés et même les échelles à Discorama, montré les coulisses de la télévision, l’atelier en chantier, le lieux où l’on fabrique et qu’il voulait désacraliser mais dont il savait capter la poésie avec son style inimitable, aux Buttes-Chaumont, dans la rue, de Jimi Hendrix à Charles Trenet qu’il chantonnait à chaque visite, toujours de bon pied bon œil, trouvant l’alexandrin, la rime, avec l’humour pétillant qui le caractérisait.

« Pour toujours il filme soir et matin. Il est heureux et libre enfin. »

Olivier Azam, Les Mutins de Pangée, juin 2021.

RAOUL SANGLA DE LA TALOCHE A LA CAMÉRA

Raoul Sangla a commencé dans le cinéma comme assistant-réalisateur de Marcel Carné, Sacha Guitry... Il a commencé à la télévision avec Stellio Lorenzi, le temps des pionniers, des "cognacjaypithèques" comme il les appelait avec admiration tellement cette période fut créative et prometteuse (quand on voit ce qui a été fait de la télévision, ça fait pleurer !). À son tour, Raoul Sangla a marqué la télévision française dès 1964 alors qu’il réalisait la célèbre émission Discorama, présentée par Denise Glaser. De ses audaces filmiques à la télévision publique à ses expérimentations dans les télés libres des années 2000, Raoul Sangla a réalisé des centaines d’heures avec un talent inouï, élégance et singularité. Fils de plâtrier, familier des chantiers et de la taloche, Raoul Sangla prit le parti de montrer les plateaux de télévisions pour ce qu’ils sont, des ateliers de travail, un travail respectable et qui respecte ceux pour qui il est fait dans la beauté du geste et de la parole. Ses facéties ont valu à Raoul Sangla le titre de "réalisateur le plus remercié de la télévision française". Il y fut pourtant l’auteur de bijoux filmiques comme La passion ou encore Don Quichotte à Nanterre et le mémorable et jamais égalé Journal d’en France, ce que l’information à la télévision a donné de plus proche des gens de France dans toute son histoire.

Membre actif du Syndicat français des réalisateurs (affilié à la CGT) en mai 68, le réalisateur raconte se basculement de l’histoire de la télévision française dans Du joli mai 68 à l’ORTF. Raoul Sangla avait trouvé un image pour désigner la télévision : " Ce grand alambic du consensus qui dévitalise civiquement le téléspectateur ». Toute sa carrière, il a cherché à "désacraliser la télévision", il essayait, souvent avec succès, de faire une télévision qui se "mêlait de ceux qui la regardent" et a même tenté de rendre un peu de modestie aux présentateurs vedettes qu’il appelait "les icônes électroménagères" et qui lui valu tant de "remerciements" comme il disait avec ironie pour ne pas se plaindre de ces fois où il fut viré pour son talent et son humour (Il eut par exemple l’idée de faire entrer sur le plateau du JT le présentateur "vedette" par une petite porte qui l’obligerait à se baisser devant la caméra avant de commencer"... idée qui n’a pas du tout séduit "l’icône électroménagère" du moment ni le patron !).

La plupart de ses centaines d’oeuvres restent un peu oubliées et nous espérons qu’un jour la télévision rendra un hommage mérité à ce monument de la création française que fut le grand Raoul Sangla.

Raoul Sangla et Paul Seban sur le tournage de La Passion (1978)

En attendant, nous vous proposons ici quelques créations qu’il avait réalisé dans ces années de "retraite au flambeau", pour les télés locales dès les années 70, les télés libres des années 90-2000 (Télé Bocal, Zalea TV), puis les Mutins de Pangée, notamment dans son journal filmé en continu qu’il titrait "Le fil des jours, chronique de la vie courante".

Le FIL DES JOURS et quelques SANGLADES

Raoul Sangla a probablement réalisé des centaines de numéros de Au fil des jours, chronique de la vie courante, tous fabriqués à la main, "d’un seul tenant" comme il disait, c’est-à-dire en plan séquentiel. Il savait tenir la caméra et la conversation comme personne d’autre, avec son génie du générique. Puis nous amenait ses cassettes en bicyclette pour les diffuser sur les télés libres depuis les années 90 (TV Bocal, Zalea Tv) puis sur Internet avec Les Mutins de Pangée. En voici quelques fameux exemples, une compilation, dont des peintres au travail, des poètes en action, de la danse et des Sanglades...

ARMAND GATTI PROMÈNE SON CHIEN PAR RAOUL SANGLA

Ici un moment particulièrement émouvant avec ces deux poètes aujourd’hui dans nos mémoires :

- L’Humanité du 2 juin 2021 : Disparition. Raoul Sangla, réalisateur génial et rebelle, s’est éteint

ENTRETIEN AVEC RAOUL SANGLA

Entretien réalisé par Alain Chêne pour le site Pour le cinéma.

Les autres collections

La VOD moins chère et plus simple avec

Les cartes prépayées

Idée cadeau : offrez une carte VOD !