CinéMutins

Se connecter / s'inscrire

L’affaire Mis et Thiennot (série documentaire)

Après la guerre, la guerre continue !

Un crime, une accusation à charge, des pratiques policières, une justice qui officialise l’injustice, des histoires d’hommes brisés à tout jamais, d’autres qui continuent le combat pour la réhabilitation des innocents. Une enquête qui révèle les pratiques policières et judiciaires dans le contexte historique de l’immédiat après-guerre, les attitudes des membres de l’élite économique et industrielle de la région. Des rencontres et entretiens ont été enregistrés il y a près de 30 ans par le cinéaste René Vautier et son complice Michel Le Thomas qui réalise en 2021 cette série documentaire à partir de ces archives jusque-la inédites (Production Les films de l’an II)

Extraits

Les épisodes

Merci à Michel Le Thomas et Les films de l’an II pour cette série autoproduite que le réalisateur-producteur a souhaité proposer ici en accès libre, à suivre un nouvel épisode chaque semaine...

Procès Mis et Thiennot

Présentation par le réalisateur

Durant l’hiver 1989, René Vautier entamait le tournage, à la demande du « comité de défense Mis et Thiennot », d’un documentaire. Il m’a associé au tournage. Nous avons à cette occasion rencontré de nombreux protagonistes de cette affaire, meurtris à tout jamais de ce qu’ils avaient subis. J’ai repris ces images et me propose de les montrer sous forme d’une "série documentaire" de plusieurs épisodes, chacun d’une durée de 15 à 30 minutes.

Michel Le Thomas

Les faits à l’origine de cette série documentaire

À l’issue des trois procès en Cours d’Assises, à Châteauroux, Poitiers et Bordeaux, Raymond Mis et Gabriel Thiennot ont été condamnés à 15 ans de travaux forcés pour le meurtre d’un garde-chasse en décembre 1946 dans l’Indre. Les deux hommes n’ont jamais cessé de clamer leur innocence. Six de leurs compagnons, considérés comme complices, ont eux aussi été poursuivis.

Raymond Mis et Gabriel Thiennot ont toujours affirmé avoir subi de graves sévices durant leur garde-à-vue qui a duré huit jours à la mairie et à la gendarmerie de Mézières-en-Brenne et avoir été obligés de signer des aveux sous les coups et la torture. Comme eux, six de leurs compagnons, considérés comme complices, ont subi le même sort. Les coups ont été constatés par le médecin et les gardiens de la prison au moment de leur incarcération.

Autre fait troublant : la pression exercée sur les enquêteurs par Jean Lebaudy, riche sucrier et propriétaire du domaine où le garde-chasse Louis Boistard a été abattu. Lebaudy, rendant visite chaque jour aux enquêteurs pour les inciter à obtenir des résultats et versant un chèque de 100 000 francs de l’époque aux œuvres de la police et de la gendarmerie au quatrième jour de l’enquête pour les encourager à trouver un ou des coupables au plus vite.

Graciés à mi-peine, en 1954, par le Président Coty, Mis et Thiennot ont toujours réclamé la révision leur procès.

Raymond Mis est mort dans la nuit du 22 au 23 septembre 2009.
Gabriel Thiennot est mort le 2 juin 2003. Jeanine, sa veuve et ses trois enfants réclament toujours la révision de son procès.

UNE HISTOIRE DE LA FRANCE D’APRÈS GUERRE

La Brenne, les étangs, les fermes isolées, le château, la ville de Mezières en Brenne, la mairie, la gendarmerie, mais aussi les lieux de détention, des procès, des manifestations organisées par le comité de défense, les places et rues portant les noms de Mis et Thiennot constituent les lieux à travers lesquels se glisse le récit.

A l’origine de cette série documentaire, un sanglant fait divers et une enquête policière mais cette affaire permet un retour réflexif sur des faits historiques touchant les institutions judiciaires et policières de l’époque de l’immédiate après Libération. Elle s’inscrit au coeur de luttes et d’espoirs pour un combat de plusieurs décennies : celui d’une réhabilitation de personnes accusées d’un meurtre et pourtant innocentes.

A travers cette "affaire", il est question de l’occupation allemande, de la collaboration, de la libération, de la non-épuration de la police et de la justice, le crime, l’arrestation, les tortures, les procès, les actions du comité pour la réhabilitation de Mis et Thiennot. Avec cette série inédite, c’est une partie peu visible de histoire de France qui refait surface avec le recul nécessaire des années.

Toute leur vie, Raymond Mis (à gauche) et Gabriel Thiennot n’ont cessé de clamer leur innocence.

À DÉCOUVRIR

La VOD moins chère et plus simple avec

Les cartes prépayées

Idée cadeau : offrez une carte VOD !