CinéMutins

Se connecter / s'inscrire

The exiles

VOST • Accès : France • Durée : 1h12
Connectez-vous ou créez un compte pour louer ou acheter ce film. The exiles Location 7 jours • 4 €  ou 1 crédit VOD The exiles Achat fichier • 8 €
Amérique du Nord
Fiction Réalisé par Kent Mackenzie (États-Unis, 1961) Produit par Kent Mackenzie Proposé par Les Films du Paradoxe

Une nuit dans la vie de jeunes Amérindiens du quartier Bunker Hill à Los Angeles… Le film suit un groupe d’exilés, partis des réserves du Sud-Ouest, pendant qu’ils font la fête, draguent, boivent, se battent et dansent. Ce film est devenu un précieux artéfact d’un lieu et d’un temps révolus : au début des années 60, les maisons, les bâtiments d’origine et même la colline, ont été rasés pour faire place à des gratte-ciels et des tours pour bureaux. Pendant plusieurs années, ce film est resté introuvable.

En savoir +

"Kent Mackenzie, un étudiant en cinéma, décide en 1956 de faire de son quartier sa zone d’études. Il en tire un premier court métrage. En 1961, il retourne sur les lieux, avec un projet plus ambitieux. Il sait que tout ça est fini, que les pelleteuses vont bientôt entamer leur travail de démolition. Alors, plus ethnologue dans l’âme que documentariste, il va suivre une poignée de jeunes Amérindiens désœuvrés ; ils vivent là, entassés dans un taudis aux pieds du funiculaire. Ils zonent, il n’y a pas beaucoup de boulot pour les exilés ressortis des réserves du Sud-Ouest. Ceux qui s’accrochent trouvent à Bunker Hill des bars (le Ritz Café !) avec un juke-box pour danser le rock’n’roll, s’envoyer des bières, faire du plat à la serveuse ou à la fille qui attend dans un coin qu’on la drague. Puis c’est la virée à sept ou huit dans une caisse, vers le haut de la colline, et avec un peu de chance une baston pour repousser l’heure de rentrer." Philippe Azoury - Les Inrockuptibles.

Article complet à lire ici.

Revue de presse

Libération  : « Un film, longtemps considéré comme perdu, où le réalisateur suit un groupe d’Indiens zonant dans une sorte de consolation alcoolique. »

Radio Canada : « L’œuvre se rapproche plus des fictions réalistes de Vittorio de Sica ou de la “Nouvelle Vague” française que des films de “cowboys et d’Indiens” produits par Hollywood. »

À DÉCOUVRIR

La VOD moins chère et plus simple avec

Les cartes prépayées

Idée cadeau : offrez une carte VOD !