CinéMutins

Se connecter / s'inscrire

Fitzcarraldo

VOST • Accès : France • Durée : 2h35
Connectez-vous ou créez un compte pour louer ou acheter ce film. Fitzcarraldo Location 7 jours • 4 €  ou 1 crédit VOD Fitzcarraldo Achat fichier • 8 €
Amérique du Sud Aventure Musique Drame
Fiction Réalisé par Werner Herzog (Allemagne, 1982) Produit par Werner Herzog Filmproduktion Proposé par Potemkine

Un film mythique de Werner Herzog : Au début du XXe siècle, Brian Sweene Fitzgerald, plus connu sous le nom de Fitzcarraldo, rêve de construire le plus grand opéra du monde à Iquitos, au cœur de l’Amazonie. Pour gagner l’argent nécessaire à son projet, il achète une concession de caoutchouc le long du fleuve Uycali, réputé inaccessible à cause de violents rapides. Pour atteindre sa concession, Fitzcarraldo choisit de descendre le fleuve Pachitea, séparé de l’Uycali seulement par une montagne. Il devra hisser son bateau à vapeur en haut de la montagne pour basculer sur l’autre versant.

"Véritable proposition de cinéma total. Fitzcarraldo fait partie de ces films, comme Apocalypse Now ou Sorcerer qui, lorsqu’on les regarde, nous racontent deux histoires : Le récit frictionnel et le récit de leur propre tournage." (DVD Classik)
Avec Klaus Kinski et Claudia Cardinale.
Prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 1982.

En savoir +

En 1981, au coeur de la jungle péruvienne, en plein conflit entre le Pérou et l’Equateur, Herzog s’attaque à l’un des tournages les plus périlleux de sa carrière. Il fait face aux pires difficultés, sa relation avec Klaus Kinski est plus houleuse que jamais, et il nourrit pour ce film des ambitions folles, jusqu’à exiger le transport d’un bateau au sommet d’une montagne. Là se noue la légende qui entoure le film. Epopée folle et démesurée, Fitzcarraldo est une expérience inoubliable de cinéma, dont on ne ressort pas indemne.

KLAUS KINSKI ET WERNER HERZOG

En complément, nous vous conseillons de regarder Ennemis intimes, sur le relation Herzog-Kinski par Herzog lui-même, avec un long passage revenant sur le tournage de Fitzcarraldo, son film le plus fou et probablement un des tournages les plus fou de l’histoire du cinéma.

EXTRAITS DE L’ANALYSE DE OLIVIER BITOUN POUR DVD CLASSIK

Fitzcarraldo est l’un des films les plus lumineux d’Herzog, une ode au pouvoir salvateur des rêves. Dans ce film, même les figures du pouvoir sont prises dans les raies du rêve de Fitzgerald : les barons du caoutchouc n’ont-ils pas fait construire l’opéra de Manaus, bâtiment illustre accueillant les plus grands opéras au cœur du Pérou ? Bien entendu, ces nababs entendaient ainsi appuyer leur réussite sociale, mais Manaus n’en demeure pas moins une idée aussi belle que folle. On découvre dans le film que le rêve de Fitzcarraldo fait partie d’un rêve plus vaste, celui d’une tribu indienne qui veut offrir en sacrifice un grand bateau blanc pour apaiser la colère du Pongo. (...)

Fitzcarraldo ne pourra être le film rêvé par Herzog que s’il est vécu par ceux qui le fabriquent. Au départ, la 20th Century Fox est intéressée par le projet, mais le studio demande au cinéaste d’utiliser une maquette. Bien sûr, Herzog refuse cette « solution en plastique », il veut que le public sente que c’est vrai, qu’on ne lui ment pas, que ce vapeur a vraiment franchit la montagne. Si cette traversée n’a pas lieu, alors le film n’a pas lieu d’être. Devant les difficultés rencontrées au moment du tournage, un ingénieur essayera de convaincre le cinéaste de niveler la pente de la montagne afin de faciliter l’ascension du navire : « Je lui ai dit que c’était impossible, car nous perdrions la métaphore centrale du film. Métaphore de quoi ? m’a-t-il demandé. Je lui ai répondu que ne le savais pas, mais que c’était une grande métaphore. C’était peut-être simplement une image qui sommeillait en nous tous, et que j’étais le seul à lui faire rencontrer un frère qu’il ne connaissait pas encore ».

Cette volonté que le tournage soit au plus près de la fiction n’est pas simplement un moyen pour Herzog d’obtenir un intense sentiment de vérité, c’est l’expression profonde de sa démarche artistique et de ce qu’est pour lui le cinéma. Ce n’est pas l’ascension du bateau qui est seule en jeu, mais bien toute la part fictionnelle du film qui doit se confronter au réel, tout le film qui doit refléter son tournage. Ainsi, toute la première partie raconte par le détail les préparatifs de l’expédition. Fitzcarraldo se bat pour trouver des fonds, pour convaincre des notables qui dénigrent son œuvre passée et se moquent de son nouveau projet. Ce que raconte Herzog dans cette heure de film, c’est ce par quoi il est lui-même passé pour donner vie à son rêve.

- Lire l’analyse complète et récit de tournage

FICHE TECHNIQUE

Scénario-Réalisation :Werner Herzog
Production : Filmverlag der Autoren, Pro-ject Filmproduktion, Wildlife Films, Werner Herzog Filmproduktion, ZDF
Producteur/-trice : Lucki Stipetic, Werner Herzog, Willi Segler
Image :Thomas Mauch
Montage : Beate Mainka-Jellinghaus
Musique : Popol Vuh, Florian Fricke
Avec :
Klaus Kinski (Brian Sweeney Fitzgerald/Fitzcarraldo)
Paul Hittscher (Capitaine Orinoco)
Grande Othelo (Maître de station)
José Lewgoy (Don Aquilino)
Miguel Angel Fuentes (Cholo Miguel)
David Pérez Espinosa (Chef indien)
Peter Berling (Directeur de l’opéra)
Huerequeque Enrique Bohorquez (Huerequeque, le cuisinier)
Milton Nascimento (l’homme à l’opéra)
Claudia Cardinale (Molly)

Coffret Livre-DVD-Bluray, édition collector chez Potemkine films

Autour de Fitzcarraldo, Potemkine films ont sorti un coffret contenant aussi le documentaire sur le tournage extraordinaire du film Burden of Dreams, de Les Blank (Etats-Unis, 1982, 95’) ainsi que le carnet de bord de Werner Herzog, Conquête de l’inutile (en collaboration avec les éditions Capricci), véritable chronique d’un désastre. Témoignage unique d’un artiste dans le « délire de la jungle », qui médite et éprouve sans cesse la grande obsession de son œuvre : l’homme face à la nature.

- En savoir plus

Aussi réalisé(s) par Werner Herzog

À DÉCOUVRIR

La VOD moins chère et plus simple avec

Les cartes prépayées

Idée cadeau : offrez une carte VOD !